« J'ai toujours la trouille »

Par Laura D. 3e

Ils sont dans nos rues
Errants
Mendiants
Suppliants même
Qu'une main les emmène 
« Un ticket resto', 
Quelques euros, 
Ne seraient pas de trop »

Leurs appels sont constants 
Ils nous regardent
Avec leurs yeux 
Implorants 
Leur regard signifiant
Simplement
« Je veux pas crever là,
Pas maintenant »

Qu'ont-ils fait, 
Pour être ici ? 
Sous les cartons, 
Les couvertures, 
L'hiver est dur :
Comme leurs vies

 

Parfois je me demande: 
Suis-je méchante ?
Je garde toujours ma monnaie
Peu importe qui quémande 
Alors que j'en aurais encore
Plus tard 
Et qu'eux 
Seront peut-être morts
De froid ou de faim, 
Le lendemain

 

 


Parfois ils sont effrayants,
Mal habillés, 
Pas rasés,
Sentant les égouts 
J'en avais peur,
Plus jeune.

Maintenant j'en ai pitié
J'aimerais les aider
Les épauler
Leur parler
Éclairer leur journée.
Mais je crois qu'au fond :
Je n'ai pas tant grandi,
Et j'ai toujours la trouille,
Sans raison particulière,
Je n'en suis pas fière.

Je redoute ;
Qu'on me regarde
De haut
Car je serais à terre
Je redoute ;
Qu'on ait peur de moi
De s'approcher
De me toucher...

Je redoute d'être à leur place,
Aperçue comme une crasse.

« A bas les inégalités ! »

Par Laura D. 3e

Pour l'instant, j'ai plus de mal à me lever le matin...

Linda,

Je suis arrivé en septembre dans ce nouveau collège... Est ce que je vais m'y plaire ?

Vous, femmes qui vous êtes battues,

Pour nos droits, nos égalités,

Votre combat m'a beaucoup plu,

Et je voudrais vous remercier.

Mais tout est loin d'être parfait,

Des idées reçues, des clichés,

Femmes blessées, sans défense,

Salies par tant de violence

On dit « femmes aux fourneaux »,

Et « hommes au boulot »,

Le sexisme m’écœure,

Nous avons tous un cœur

Vous, femmes qui êtes effrayées,

Sortez et révoltez-vous,

Au lieu de rester à genoux,

Devant cette indigne société.

N'ayez crainte de l'inconnu,

Car chaque lendemain l'est,

Quand le moment sera venu,

Nous descendrons dans la rue,

Nous nous mettrons à crier : « A bas les inégalités ! »

 

 

 

 

Dans la cour...

Et si on se posait un moment pour regarder ce qui se passe... dans la cour

Mon gestometre de collégiens...

Quentin,

Pas toujours simple d'être un collégien...

Citations

"Ayez des rêves assez grands pour ne jamais les perdre de vue" - Oscar Wilde

"On ne réussit que ses rêves. C'est l'intensité de la vie plus que sa durée qui compte" - Jacques Brel

"Nous avons deux vies. La seconde commence lorsqu'on réalise qu'on en a qu'une" - Confucius

"Ceux qui dansent sont pris pour des fous par ceux qui n'entendent pas la musique" - Nietzsche

"Ceux qui rêvent le jour auront toujours un avantage sur ceux qui rêvent la nuit" - Edgar Allan Poe

"Celui qui pose une question risque d'avoir l'air bête cinq minutes. Celui qui ne pose pas de question aura l'air bête toute sa vie "